vue

L'affaire des dettes et l'affaire Grand Bassin

L'affaire des dettes
En mai 1882, dans un discours de Corneille à M. le Directeur de l'Intérieur et aux Conseillers municipaux est exposé la situation de la nouvelle commune : « lorsque nous avons demandé notre indépendance dans le but d'administrer nous-mêmes nos affaires et jouir de cette liberté qu'on aime tous, nous ne pensions pas à cette époque que cette demande ferait un jour l'objet de dissentiments entre Saint-Pierre et l'Entre-Deux ».

Mais nous nous trompions car Saint-Pierre manifeste l'intention de mettre à la charge de l'Entre-Deux des sommes importantes dont elle n'a jamais tiré profit. Si la nouvelle commune doit faire face à des importantes redevances, d'ailleurs imaginaires, de toute évidence son existence ne sera pas des meilleures et des plus durables.

CORNEILLE demande donc, en conséquence, à la municipalité de Saint-Pierre de bien vouloir faire preuves d'un minimum de bienveillance et de compréhension pour ne pas étouffer dans son berceau cette petite commune ; Par ailleurs, JULES DEFAUD, adjoint de CORNEILLE riposte énergiquement contre les réclamations pernicieuses de Saint-Pierre.

Cette dernière avait fait un emprunt de 300 000 francs et de cet emprunt l'Entre-Deux devait avoir 60 000 francs. Mais par une savante manoevre, l'Entre-Deux n'héritera que de quelques milliers de francs pour la rectification d'une portion de route de la pointe. Et voilà que Saint-Pierre se met à réclamer maintenant ses 60 000 francs sonnants.

L'affaire de Grand-Bassin (relative à la délimitation de l'Entre-Deux).
En 1882, sitôt apràs que l'Entre-Deux ait été érigé en commune, les habitants de Grand-Bassin, dont nous avons vu l'opposition, adressaient une requête au maire de l'Entre-Deux stipulant leur annexion à Saint-Pierre.

L'Entre-Deux s'y refuse pour notamment les deux raison suivantes :

  • Amoindrissement de la commune.
  • Le Grand-Bassin a été rattaché à l'Entre-Deux depuis 1840.

D'ailleurs une enquête ouverte dans la commune de Saint-Pierre et de l'Entre-Deux sur la question de déclaration du Grand-Bassin de la commune de l'Entre-Deux et son rattachement au territoire de la commune de Saint-Pierre donne pour résultats :

  • 60 déclarations en faveur du maintien de Grand-Bassin dans l'Entre-Deux.
  • 18 déclarations contre.

Le juge de paix de Saint-Pierre et le Commissaire de police de l'Entre-Deux chargés de légaliser l'enquête envoie, avec les résultats, leur avis personnel sur cette « affaire du Grand-Bassin Profitant de cette situation litigieuse, les dirigeants saint-pierrois demande une révision de la Constitution du territoire de l'Entre-Deux. Ils espèrent par là hériter de quelques déchets.

Voici la réponse du maire Corneille (3 juillet 1882) :
Le Conseil municipal de Saint-Pierre prétend qu'une erreur a été commise dans la confection du plan de l'Entre-Deux et demande aujourd'hui à faire rétablir la ligne séparative qui existe entre les deux communes de Saint et de l'Entre-Deux. Cette ligne devrait être du Bras de la Plaine.

Il me semble que cette revendication s'est fait attendre un peu longtemps. Je l'aurais comprise en 1840 lorsque toutes les îlettes du Bras de la Plaine étaient rattachées à l'Entre-Deux par leur état-civil et aussi par leur éloignement à Saint-Pierre.

Aujourd'hui elle (cette revendication) n'a plus sa raison d'être. Je ne puis, en présence de tous ces fonds et des avantages qu'ont les habitants de toutes les îlettes de se trouver rattachés à notre commune, consentir à ce qu'elle soit rattachée à la commune de Saint-Pierre. « Aucune erreur n'a été faite dans la confection du plan de notre commune et la ligne séparative fixée dans la haute administration est bien celle qui doit nous revenir ! » Sans doute peu convaincu par ce brillant exposé de Corneille.

Le Maire de Saint-Pierre déclare en août 1882 (un mois après !) que les limites de l'Entre-Deux auraient dû être les deux courants d'eau qui séparent les communes de Saint-Pierre et Saint-Louis et non celles qui sont visées par le décret de la séparation.

Devant ces tiraillements d'opinion, et pour résoudre quand même « l'affaire de Grand-Bassin » le Directeur de l'Intérieur se voit réduit, le 4 décembre 1883 à demander l'avis du Conseil sur pétition des habitants de Grand-Bassin.

Après encore des discussions passionnées l'Entre-Deux aura satisfaction et le Grand-Bassin restera dans l'Entre-Deux.

José SERY (MONOGRAPHIE DE L'ENTRE-DEUX).

 

21/04/2011 09:55
Imprimer cet article
lundi 22 juillet 2019, 20:40
Météo jour Météo nuit
Soleil : 5:55 - 21:22
Température : 31°C - 17°C

  Station météo du Serré

Image de l'article : Station météo du Serré

  Vos démarches en ligne

Image de l'article : Vos démarches en ligne

  Restauration scolaire - La carte

Image de l'article : Restauration scolaire - La carte
Télécharger le document (153 ko )

  Video

Po arrete ek ca
Plus de video | Cliquer ici

Lire le fichier texte contenant sa transcription | Po arrete ek ca